Retour sur le blog et reprise d’études : je fais le point.

 

Hello tout le monde, non, vous ne rêvez pas, je suis de retour sur wordpress.

Mon dernier post, c’était il y a plus d’un mois, et il s’en est passé des choses.

Je vous écris du fin fond de mon canapé recouverte entièrement de mon plaid, suite à une sieste d’environ 3 heures. Pour tout vous dire, je suis un peu en bout de course.
Déjà, il y a eu ma rentrée, et puis… tout s’est enchaîné. Je constate aussi que, plus je grandis (ou vieillit, je ne sais pas) plus j’ai du mal à me faire aux changement de rythmes. Et il faut bien le dire, je ne m’attendais pas à être autant débordé. J’ai même pensé à abandonner le blog face à la multitude de tâches que j’avais à faire, et ma scolarité, c’est quand même ma priorité. Mais voilà, pour bien vivre tout changement de vie, et tout grand projet qui a besoin de se concrétiser, il faut aussi penser à prendre du temps pour soi, et j’ai malheureusement fait l’impasse sur ce petit détail.

Pour continuer de façon plus positive, et pour en venir au fait, je suis trop contente de mes nouvelles études. Alors oui tout n’est pas tout rose, mais je ne regrette pas du tout mon choix. Aujourd’hui je voudrais axer mon article sur la réorientation, la reprise d’études après plusieurs années de travail, tout en essayant de mettre à profit ces conseils que je vous donne mais que je me donne aussi à moi même haha…

Déjà, première chose, depuis le moi de mai, je postais très régulièrement sur le blog à raison d’un jour par semaine ce qui me semble raisonnable vu mon style de vie (je n’ai pas du tout envie de faire des réseaux sociaux ma vie, et je trouve que je passe déjà bien assez de temps sur internet…) Ce mode m’allait très bien et j’arrivais à m’y tenir. Je n’ai jamais été en « panne » d’inspiration. Je vais essayer petit à petit de revenir au rythme de post que je m’étais fixé, mais je pense que ça va prendre du temps.

 

LA REPRISE D’ÉTUDES

 

Pour ceux qui voudraient en savoir plus sur mon parcours scolaire et professionnel je vous invite à aller voir ici. Mais sans rentrer dans les détails et pour éviter de m’éparpiller, j’ai passé mon bac en 2013 (je vous laisse faire le calcul), et je vais vous dresser un très rapide portrait de l’étudiante sérieuse que j’étais (hum).
Je ne faisais jamais mes devoirs, sauf peut-être en arts plastiques, j’ai révisé deux semaines avant mon bac, et il m’arrivais parfois de dormir en cours. Bref, je prenais pas vraiment au sérieux le système scolaire, même si paradoxalement j’ai toujours été curieuse et quand une matière ou un prof me passionnait, je pouvais écouter pendant des heures. Je ne parle pas des études que j’ai fait après le bac parce que je n’était tellement pas impliquée que je n’ai absolument rien à dire sur mes anciennes méthodes de travail (oui, parce qu’enfaite je n’en avais aucune et je m’en foutais).

Aujourd’hui tout est différent. Déjà j’ai un peu plus les pieds sur terre, et surtout je me suis engagé corps et âme dans un BTS qui me motive vraiment (genre, vraiment). Je me suis engagé psychologiquement (« cette fois, tu vas te bouger le cul pour y arriver parce que c’est ce que tu veux ») mais je me suis aussi engagé financièrement (vive le CIC et les prêts étudiants!). Tu la sens la fille qui se met pas du tout la pression de base ?

Toujours est-il que j’ai tellement voulu bien faire, que j’en ai oublié de passer du temps à faire autre chose que lire mes cours, parler de mes cours, demander à mon mec de me faire réciter mes cours (je sais que tu vas me lire donc merci mon chat de ton infinie patience…♥).

Le week-end dernier, j’étais tellement crevée de bosser tout le temps que je n’ai pas assez bossé telle ou telle matière, et forcément, je me suis pris quelques cartons. Pour une fille qui s’en foutait des notes jadis, ça m’a foutu un coup.
Ce petit épisode pénible mais nécessaire m’a fait réaliser plusieurs choses :

 

  • Écrire m’avait trop manqué !
  • Lire les articles des autres blogs m’a trop manqué aussi
  • J’ai délaissé des hobbies qui sont essentiels à mon équilibre
  • C’est important de prendre du temps pour soi

 

Donc si vous êtes comme moi en reprise d’études, ou que vous êtes juste un peu perdu face à vos devoirs, deadlines ou échéances, voici les conseils que je vous donne:

  • Priorisez vos tâches (c’est dur pour les perfectionnistes mais ça vaudra le coup, promis)
  • Préférez la qualité à la quantité : il vaut mieux travailler un peu chaque soir que tout d’un coup pendant 5 heures, autrement vous serez dégoutez de vous remettre au travail à chaque fois
  • Relativisez : une note, c’est un numéro, ce n’est pas représentatif de votre travail ou de votre investissement. C’est juste le signe que vous n’avez pas la bonne méthode de travail ou que vous n’avez pas compris le cours.
  • Ne baissez jamais les bras : vous ne comprenez rien à une matière ou à un cours ? Cherchez sur internet les bases de ce que vous êtes en train d’apprendre, vous comprendrez au fur et à mesure, et vous vous sentirez valorisé d’avoir fait la démarche et d’avoir finalement compris.
  • Ne travaillez pas si vous êtes exténué ou que vous n’avez pas la tête à ça : c’est le meilleur moyen de vous mélanger les pinceaux et de ne pas apprendre de la bonne manière
  • Imposez-vous des temps récréatifs ! Genre aller au ciné, voir vos amis, faire du shopping, ou ne rien faire du tout d’ailleurs, c’est bien aussi…
  • Ne pas faire des listes irréalisables : c’est le meilleur moyen de vous décourager et de vous culpabiliser. Visez des objectifs simples et atteignables, ça vous donnera envie d’en faire plus.
  • Prenez du recul. Ce qui m’aide quand je me sens éparpillé et pas efficace : visualiser. Je prend mon bullet journal et j’ai une vision d’ensemble sur les semaines et les mois à venir, ça me recadre un peu quand je pars dans tout les sens.

 

Voilà mes idées pour mieux mettre à profit notre temps et savoir s’arrêter quand la coupe est pleine… J’espère mettre vite à profit ces conseils qui m’avaient déjà bien servis l’année dernière quand j’étais dans un autre projet et que j’avais accumulé les choses à faire. Si vous avez aimé cet article, n’hésitez pas à m’en faire part en commentaire ou dites moi ce qui fonctionne pour vous lorsque vous êtes un peu surmené, ça me ferait plaisir

 

En tout cas je suis très contente de revenir ici sur le blog et j’ai hâte de m’y remettre !
Gros bisous et à bientôt 🙂

 

 

 

Publicités

♡ 5 CHOSES A FAIRE AVANT LA RENTREE ♡

Coucou la blogosphère !
Nombre d’entre vous ont peut-être déjà repris le chemin de l’école ou du travail, et d’autres sont peut-être dans mon cas, à avoir encore quelques jours de vacances avant la fameuse rentrée ! J’ai toujours aimé cette période de l’année. La rentrée, c’est comme un nouveau départ, de nouvelles personnes que l’on rencontre, de nouvelles résolutions qu’on essaie de tenir et puis un moment où l’on peut se réinventer soi-même ! J’aime aussi cette période parce que la rentrée est aussi synonyme de mon anniversaire ce qui n’est pas pour me déplaire ! D’ailleurs, cette rentrée est super importante pour moi car je reprends mes études, et je suis super impatiente
(lire ici le pourquoi du comment).
Dans ce contexte j’ai eu l’idée de vous faire une petite liste !

organizer

Voici donc la liste des 5 choses indispensables à faire avant la rentrée selon moi :

1- Mettre à jour ses réseaux sociaux (mettre à jour ses mots de passe, vos photos… tout ce qui a été abandonné pendant vos vacances) car ça fait toujours du bien de remettre les pendules à l’heure !

2- Ranger et faire le ménage chez soi. Rien de plus important pour un nouveau départ : quand c’est clair et bien rangé autour de vous, c’est aussi le cas dans notre tête. Tout ce qui est moyennement rangé ou des vieux papiers abandonnés qui traînent : c’est le moment de les classer ! Rien est à laisser au hasard.

3- Acheter un nouvel agenda : la base ! A l’heure qu’il est j’ai mon nouvel agenda depuis déjà 2 mois tellement j’étais pressée d’arriver à cette période de l’année :p (je ne vous parle pas non plus d’une nouvelle trousse avec de nouveaux stylos, c’est évident aussi!)

4- Ré organiser son espace de travail. Désormais à la maison on va être 2 à devoir plancher sur nos devoirs, comme on redevient étudiants cette année avec mon copain. C’était donc indispensable de bien organiser notre coin bureau pour pouvoir travailler dans de bonnes conditions. Et franchement quand on a un super endroit pour travailler, ça donne vraiment envie d’étudier, non ?

5- Enfin, ce que je préfère, se faire une petite liste de nouvelles résolutions (faire + de sport, lire plus souvent, ou ce que vous voulez…)
Si vous trouvez cela barbant, faites une liste des choses que vous aimeriez faire cette année, dans l’idéal ! C’est une liste un peu plus fun à faire que la précédente. (Genre voyager à tel endroit, essayer d’apprendre cette langue qui vous fait envie depuis le collège…)

 

J’espère que ma liste des 5 choses à faire avant la rentrée vous aura plu ! Et n’hésitez pas à me laisser en commentaire ce qui vous paraît indispensable de faire avant le jour J de la rentrée 🙂

Les tendances de l’été que j’ai aimé

Coucou les filles !

C’est la 1ère fois que je poste un article aussi tôt le dimanche (je suis trop une dingue haha) mais je voulais me faire pardonner de mon absence de près de deux semaines, mais parfois, on a juste pas la tête à écrire et à bloguer. En revanche, me dire que le dimanche je consacre au moins 2h au blog (au mien) est un réel plaisir auquel je tiens, c’est mon petit moment rien qu’à moi. J’en parlerai certainement dans un article, mais plus tard. Revenons à nos moutons ! Les tendances de l’été que j’ai aimé. Cet été il y a eu full of tendance, du panier en osier jusqu’aux sandales – mules ouvertes ! L’occasion pour moi de vous dire ici celles que j’ai aimé, adopté, et pourquoi certaines ne m’ont pas convaincues.

 

Les paniers en osier

Rond, en cabas… Toutes les formes sont possibles. Les ronds sont pour moi les plus jolis, avec une petite hanse comme la photo en haut à droite. C’est vraiment la tendance cet été, et bien que j’ai apprécié les looks avec panier je n’ai pas succombé car je ne trouve pas ça très pratique (j’ai besoin d’utiliser mes deux mains quand je suis en vadrouille!)

 

Les maxis boucles d’oreille à pampilles

C’est la tendance depuis quelques années maintenant, mais cet été j’en ai vu vraiment beaucoup et je trouve ça très joli, surtout avec des épaules dénudées et des cheveux attachés. Je n’ai pas encore fait l’acquisition de boucles dans ce genre, mais peut-être bientôt (genre pour mon anniversaire ?) 🙂

 

Colliers : chokers et superpositions

Le choker, plus que la tendance de l’été a vraiment été la tendance de l’année. Il a été beaucoup vu en festival également, superposé avec une multitudes d’autres bijoux. Quand il est bien associé j’apprécie ce look qui est pour moi féminin et sexy. Par contre, s’il est porté avec une tenue un peu trash il devient vulgaire selon moi. Je n’ai pas de choker car je n’ai pas du tout la morphologie et le visage pour (vive le double menton..!) Et aussi parce que je ne peux pas m’empêcher de penser que ce n’est pas hygiénique (je suis bizarre ?)
La superposition de colliers ou collier multi-rangs est très tendance cet été. J’aime beaucoup le côté « baroudeuse-chic » qu’il dégage (oui je sais cette désignation est surprenante haha).

 

Robes à fleurs fluides style gitane

Les images parlent d’elles-mêmes, je crois. Portées avec des bijoux au style berbère, c’est vraiment magnifique et ça complète bien le look.

 

Top bardot à volant

Les tops style bardot : si féminin et délicat. Encore une fois, je les vois agrémentés de boucles d’oreilles imposantes pour mettre en valeur épaules et décolleté. Je n’ai pas osé cet été en porter. Peut-être l’été prochain ?

 

Pochettes à ornements et fioritures

J’en ai vu tout l’été, presque autant que les paniers. (L’été dernier aussi c’était déjà à la mode si je ne m’abuse). Je les trouve canons associé avec des sandales colorées. Je trouve qu’ils inspirent l’Amérique du sud, le Pérou… Perles et pompons en veux-tu en voilà, j’aime bien le côté too-much que peuvent avoir ces sacs.

 

Sandales à lanières et mules

Les sandales à lanières ont beaucoup été portées cet été. J’en ai vu beaucoup en nude ou camel (ce qui n’est pas ma tasse de thé) donc j’ai beaucoup aimé celles en noirs et cuir.
Les mules ou sandales ouvertes c’était vraiment la tendance de cet été également. J’ai même vu des espadrilles ouvertes à enfiler. Qu’est-ce qu’on ne va pas inventer… Pour flâner et traîner au bord de la piscine je trouve ça parfait mais c’est tout (ben oui, j’aurai peur de les perdre…) Celle à droite avec les pampilles sont trop mignonnes, et cette couleur… J’adore

 

Et vous, quelles sont les tendances que vous avez aimé cet été ? Et quelles sont celles qui ne vous ont pas convaincu ?

A très vite…

Mon orientation : expérience + conseils

DSC_0601 copie

Bonjour à toutes

Aujourd’hui je reviens avec un article qui me tient particulièrement à coeur : celui de mes études et de mon parcours professionnel. J’ai longtemps souhaité en parler ici sur le blog et je pense que c’est pile le bon moment, surtout qu’on va arriver à la période de la rentrée à grand pas !

Avant tout, je voudrais insister sur le fait que ce que je vais vous raconter, c’est mon expérience. Il n’y a pas un chemin tout tracé ou quelque chose qu’il faut suivre à la lettre : on est tous différents et chacun doit faire ses choix en fonction de qui il est et ce qu’il a vraiment envie. Pareillement les conseils que je vous donne sont des choses qui pour moi ont fait tilt ou ont fonctionné, je ne dis pas que ce sont des choses qu’il faut faire absolument pour savoir ce qu’il faut faire.
(Comprendre : je ne suis pas une magicienne et si vous êtes en panique ou complètement perdu face à votre orientation cet article vous donnera une autre perspective et peut-être qu’il vous aidera un peu mais ne vous attendez pas à avoir une révélation mystique dans l’instanté!)

Autre information importante : cet article, j’ai essayé d’en faire un condensé de mon parcours à partir du lycée, jusqu’à maintenant, donc prenez un bol de céréales parce que vous en avez pour un moment !

 

*

 

Ce qu’il faut savoir sur moi c’est que j’ai toujours été une personne CRÉATIVE. Toujours à gribouiller, dessiner et imaginer mille et unes possibilité dans mon esprit. Que se soit pour inventer une robe, la décoration d’un lieu ou alors un livre auquel j’ai pensé. Je pense que ça a été le point le plus évident et qui est apparu très tôt chez moi.
Ensuite quand j’ai grandi et que j’ai commencé à avoir un début de vie sociale (les copines, les copains blablabla) vers le collège, je me suis assez vite découvert un don d’écoute et de patience : pour consoler les gens, écouter leurs misères ou bien les conseiller pour prendre une décision. Un peu comme une psychologue ou une assistante sociale, à voir ^^

Si je remonte loin dans mes souvenirs également ce qui a été assez évident c’est que j’allais travailler dans un environnement féminin. J’ai toujours aspiré à évoluer dans une sphère où la femme est au centre. Petite, j’imaginais des défilés de mode incroyables dans ma chambre : je dessinais chaque mannequin et chaque mouvement, je me souviens même de la musique que je voulais passer pour le show (ça c’est un secret haha). Bien sûr la mode n’est pas un environnement réservé aux femmes, mais ce que je veux dire c’est que travailler autour du concept de la FEMME c’était vraiment mon truc.

Ca s’est d’ailleurs vraiment dessiné au fil du temps : j’organisais des shootings photo avec mes copines (c’est toujours le cas d’ailleurs) où je décidais de presque tout : fringues, maquillages, ambiance. Souvent c’était quand une copine n’avait pas le moral, ou n’avait plus trop confiance en elle, mon truc c’était de la prendre en photo, de l’embellir pour qu’à la fin elle me dise « wahou c’est moi ça ? Je me sens trop bien dans ma peau maintenant ! » et c’est une sensation qui était vraiment gratifiante pour moi. Du coup, je m’étais dit que j’allais être photographe de mode ! Après quelques recherche j’ai mis ce projet en stand-by car je n’était plus emballée par l’envers du décor de ce métier qui paraissait pourtant si fabuleux au départ. Je continuais à dessiner aussi en parallèle.

Au lycée j’ai pris une option arts plastiques, et ça a vraiment été génial. D’abord j’avais une prof super et vraiment passionné. J’aimais beaucoup avoir des sujets et donner une réponse plastique à la question posée. C’est vraiment une bonne manière de s’exprimer et de montrer une interprétation personnelle de la réalité, de notre réalité finalement.

Pendant la dernière année de lycée j’ai été tiraillée pour choisir mon orientation. L’esthétique me trottait déjà dans la tête mais j’ai vite tiré un trait dessus. Tout le monde me déconseillait de prendre cette voix si « réductrice » (c’est vraiment les mots qu’on m’a dit), que j’étais quelque part trop intelligente pour faire un truc aussi superficiel, et que épiler des poils toute la journée ça allait être l’enfer (et c’est vrai que dis comme ça j’avais plus du tout envie!!)
L’autre chose qui était vraiment à la mode aussi à cette époque pour nous autres élèves créatif qui étions dans l’option des arts plastiques, c’était la MANAA.

La MANAA, c’est une mise à niveau en arts appliqués. C’est une année intense où on touche à tout ce qui touche, donc, aux arts appliqués : mode, textile, design, graphisme, archi, avec des matières en plus comme le dessin, la peinture, l’histoire de l’art. Ca fait beaucoup !! J’ai fait le choix de faire une MANAA, car c’était la meilleure façon d’aller vers un secteur qui à priori me plaisait et étais créatif sans pour autant me spécialiser. Je comptais aussi vraiment sur cette année pour voir ce qui me plairait le plus, pour choisir un domaine en particulier par la suite.

Je ne regrette pas du tout cette année de mise à niveau en arts appliqué. Bien que pour être tout à fait honnête avec vous : j’ai l’impression d’avoir vu plein de choses tout en ayant rien fait et rien appris. J’étais moyennement emballée par le contenu des cours, j’avais tendance à tout comparer avec mes années d’arts plastiques au lycée (genre : « non mais ça c’est vraiment contre-créatif, ça c’est pas des informations correctes ») et effectivement mes cours d’histoire de l’art, par exemple, étaient vraiment pauvres comparé à ceux que j’avais bouffé au lycée, et moi je trouvais que c’était révoltant.
Les exercices proposés dans les autres matières me paraissaient super abstraits et j’avais l’impression que les profs ne savaient pas trop où on allait. En milieu d’année, j’ai trouvé ça vraiment pénible car je n’avais pas la sensation de m’éclater dans mes études, et la charge de travail demandé était pour moi trop importante comparé à ce qu’on retirait comme enseignement. Par contre j’ai fait des super rencontres, j’ai gardé de bonnes copines (heureusement !) et j’ai vraiment bien rigolé. J’ai rencontré des personnes qui m’ont inspiré et eu des professeurs super attachants et cultivés. Au fil de l’année ce qui paraissait logique pour moi et pour les autres, c’est que le domaine où j’étais la plus douée, c’était le dessin. Je me souviens m’être questionné beaucoup en fin d’année. J’hésitais entre les beaux-arts et une école de dessin (Emile Cohl) ce qui clairement n’a rien à voir et est peut-être même en contradiction !
Je voulais aller aux Beaux Arts puisque j’avais l’impression que toute cette année m’avait bridée dans ma créativité, et je voulais aussi aller en école de dessin parce que tout le monde me disais que j’étais plutôt douée et c’est la matière que je supportais le plus (j’insiste sur ces termes…).

J’ai été recalée aux Beaux-Arts, 1er échec. Finalement ce n’est pas plus mal, mais ça c’est avec les années que je le dis.
J’ai tenté l’école de dessin qui était spécialisée dans les fresques murales monumentales. J’ai été prise. Et c’est là que j’ai vraiment commencé à déchanter.
Je n’ai tenu que 3 mois dans cette école. J’ai presque tout détesté. Je le vivais mal au point de vouloir sécher tout les cours, et en plus j’avais beaucoup de soucis personnels qui me prenaient de l’énergie et m’angoissaient beaucoup.
J’étais en face de mes contradictions : j’avais choisi une filière qui ne me correspondait pas DU TOUT. J’en avait marre pendant mon année de MANAA d’être bridée dans ma créativité, et pourtant j’ai choisi une école de dessin quasi militaire qui formate les élèves à une manière unique d’appréhender le dessin. J’ai lâché cette école et j’en garde franchement un souvenir cuisant. Néanmoins c’est grâce à cette expérience que j’ai compris l’importance de faire des choix et que tout acte a ses conséquences.

C’est à ce moment là que j’ai commencé à travailler. Même pas un mois après avoir lâché mes études, je trouve un job chez MANGO alors que je n’avais presque aucune expérience professionnelle (à part celle de l’usine, manutention et compagnie.)
J’avais quelques collègues tyranniques qui m’ont un peu fait vivre l’enfer mais je préférais aller bosser là bas tout les jours plutôt que d’aller à l’école… C’est ce dont javais vraiment besoin. Ce besoin de voir ailleurs, de découvrir le monde impitoyable du travail (haha, true), de sortir de ma petite bulle d’étudiante en arts (qui est vraiment trèèès opaque croyez-moi) qui ne connaît pas grand chose au monde. Après 1 mois terminé chez eux (j’avais fait + de 3 erreurs de caisse donc merci aurevoir) je cherche du boulot. Je ne trouvais pas mais il faut dire que je ne mettait pas tout les moyens non plus. Cette expérience m’avait un peu fait peur et j’appréhendais de me présenter pour de nouveaux jobs. Cette période a duré 6 mois et je peux vous dire que c’est une des pires périodes que j’ai passé. Tout mes amis étaient occupés à leurs études et moi j’étais chômeuse sans but, avec la peur au bide de me retrouver dans des boulots avec des gens tordus.

Heureusement à la fin de ces mois passés à réfléchir et me questionner sur à peu près tout, j’ai fait le choix de partir à l’étranger pour être jeune fille au pair. Mon envie de découvrir ce qui se passe ailleurs et comment ça se passe, c’est ce dont j’avais envie et besoin. Et comme un bonheur n’arrive jamais seul je trouve un nouveau boulot dans la foulée pour l’été qui me laisse pile le temps de mettre de l’argent de côté et de faire des démarches administratives. Et ce job se passe à merveille, une de mes meilleures expériences pro à ce jour, j’en garde de merveilleux souvenirs, quelques copains et surtout c’est là que j’ai rencontré celui qui est devenu mon chéri.

Je pars comme prévu à Londres au mois de septembre 2015 (je prévois de faire un article sur le sujet, autrement celui ci ne finirait jamais haha…) et ce voyage (qui a duré 3 mois puisque je suis revenue en novembre 2015) a été l’une des expériences les plus fortes de ma vie et que je n’oublierai jamais !

Je rentre donc en France en novembre 2015, je retrouve rapidement du boulot, je m’installe quelques mois plus tard avec mon chéri, et c’est le début d’une nouvelle aventure.

A la fin de cette année scolaire riche en émotion et rebondissement, je me questionne encore : qu’est-ce que je vais bien faire de ma vie ? L’art, c’était pas pour moi. Mais qu’est-ce que je fais maintenant ? Je prend le temps de réfléchir et travailler sur moi. Je décide d’être psychologue. Pour moi c’est logique : si un boulot créatif c’est pas pour moi il me reste mon talent d’analyste. Je m’inscris à la fac, j’entame les démarches sans trop savoir quand même où je vais. Je trouve un autre boulot à ce moment là, en service civique dans une association. Ma perception change et je commence à me questionner sur cette envie de psycho. Je remet tout en question et reviens à mes premiers amours : faire quelque chose de mes mains, c’est ça qu’il me faut. Je me rend compte que même si je suis douée pour comprendre les gens, les écouter et les conseiller, ce qui me rend heureuse, c’est pas d’être tout le temps dans mes pensées, c’est de faire, de créer, avec mes mains. Je décide de creuser cette idée et trouve sympas l’idée de la pâtisserie. Je me lance dans cette folle aventure de trouver un patron. Bien sûr comme je n’ai aucune expérience en pâtisserie ou en restauration, je me fais gentiment recaler (même carrément, ce n’est pas un milieu tendre !). J’arrive à quand même garder contact avec une pâtisserie que j’avais harcelé et qui me fait à moitié espérer un possible contrat mais au mois de novembre.

Entre temps, j’ai la réponse de la fac : négative. Me faire recaler à la fac, ça m’a foutu un coup. Je savais même pas que c’était possible d’ailleurs…
Les vacances d’été arrivent et je commence à stresser : qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire à la rentrée ? Tout cela qui vient en compte avec des problématiques nouvelles : comment payer son loyer et compagnie qui je vous assure vous donne une autre perspective !

Le projet pâtisserie n’aboutit pas et semble super compliqué, je laisse tomber…
Entre temps je vois passer des annonces de job dans des boutiques sympas et un peu haut de gamme, je me lance. Grâce à un contact j’arrive à obtenir un entretien dans la boutique un peu chic. Bingo, je suis prise, je sais donc ce que je fais à la rentrée. Je serai vendeuse dans cette boutique. Je décide que tout peut arriver, et que je vais peut-être m’épanouir dans ce milieu. En gros, je ne me ferme à aucune éventualité, surtout vu mon parcours plus que sinueux, si j’ai bien compris un truc dans la vie c’est que c’est loin d’être une ligne droite.

Mon nouveau travail me plait, et même si je ne suis pas du tout sûre de moi et beaucoup moins confiante qu’avant, ce nouvel univers m’intrigue. Je rencontre des personnalités intéressantes, passionnées, je n’hésite pas à demander conseil pour avoir toutes les cordes à mon arc pour réussir. Finalement, je ne reste pas dans cette boutique mais je suis envoyé aux Galleries Lafayette, toujours dans la même enseigne. Ce qui est un super point car je m’entend beaucoup mieux avec ma nouvelle responsable et mes nouveaux collègues, et en plus je fais + d’heures. Au bout de 3 mois je commence à bien comprendre mon travail, entre la partie relationnelle : comment aborder un client, comment lui parler et le conseiller au mieux et la partie organisation, gestion du point de vente, commandes, réassort, stock et compagnie, je me sens vraiment à l’aise pour faire du bon travail. J’ai de bons retours de la part de tout le monde, ce qui me met du baume au cœur car j’ai l’impression d’être enfin reconnue et que mon travail est apprécié.

Je continue quand même à me questionner sur ce dont j’ai envie. Je n’ai pas envie d’évoluer et de gravir les échelons dans le milieu du prêt à porter. J’aime le contact mais cela ne m’apporte pas assez. Par chance, un samedi, une ancienne collègue vient nous apporter de l’aide en pleine solde, pour nous dépanner. Elle m’explique qu’elle est dans le secteur de la beauté. A partir de ce moment là les choses prennent forme dans ma tête. « Pourquoi ne pas avoir creusé cette voix ? » Je commence alors à me souvenir qu’à la fin de mes études périlleuses en dessin j’avais déjà esquissé des envies de maquillage. Je me souviens avoir dit aux profs que la feuille blanche était trop impersonnelle et que ce qui me plaisait c’était aussi les gens et le relationnel. Alors pourquoi pas le maquillage artistique ? C’est bien du dessin et de la peinture mais sur un format vivant après tout.
C’est là que les choses ont vraiment commencées dans ma tête.
Je me suis donc renseigné sur les formations possibles en esthétique. Je me sens aussi plus sûre de moi dans la vie et dans mes choix, je sens que je suis plus mature et plus à même de faire les bons choix. Pour être bien sûre de moi, je vais voir une conseillère d’orientation pour faire un test de personnalité et pour lui exposer mes motivations pour cette filière et avoir plus de renseignements sur les formations existantes.
Je fais le test, et bingo, le secteur esthétique cosmétique correspond à 90% à ma personnalité. Je me sens re boosté comme jamais.

Je commence à faire les démarches pour faire d’abord un stage en esthétique dans un institut pour confirmer que, c’est bien ce que je veux. Je suis prise chez Yves Rocher pour 6 semaines au mois de mai. Tout se passe à merveille, les filles sont adorables, je me sens pleine d’énergie, je conseille les clientes avec intérêt et passion, je suis ravie de faire chaque tâche qu’on me demande de faire, je sens qu’il se passe quelques chose, j’ai l’impression que pour la 1ère fois je suis en phase professionnellement, j’ai l’impression que je suis là où je dois être !

J’espérais être prise en CAP alternance avec eux pour la rentrée, mais comme je suis trop âgé pour les patrons dans la grille de salaire des apprentis, et qu’il faut me payer plus, la patronne décide de ne pas me garder avec regret. J’y était presque…

Je ne désespère pas et continue de me chercher un patron. Je n’ai que des réponses négatives, toutes dues à mon âge, malgré mon « profil intéressant ».

Je m’était inscrite aussi au BTS esthétique cosmétique dans le public, mais bien évidement je n’ai pas été prise, car je ne suis pas prioritaire et en plus de ça il n’y a que ce lycée qui propose ce BTS public dans ma région, donc imaginez le nombre de demandes…

Ma dernière option c’était d’aller en école privée. Je n’y croyais pas trop : comment je vais financer ça ? Comment je vais vivre ? Et puis les écoles privées, j’ai donné… Finalement, j’ai un entretien avec la directrice et j’ai un vrai coup de cœur pour elle et son école. C’est une école à taille humaine qui propose le BTS à un prix qui n’est pas exorbitant. Le contenu des cours est riche et super intéressant, tout pour permettre aux diplômés de trouver le meilleur job possible. En plus, on est pas surpeuplées en classe, maximum 20, ce qui permet de vraiment faire de la qualité. Je lui explique mes démarches compliquées auprès des patrons pour faire de l’alternance, et que de toute manière je souhaite avoir un BTS aux terme de mes études en esthétique, donc autant faire le BTS en initial plutôt qu’un an en CAP et 2 ans en BTS… On tombe d’accord là dessus, elle ne me fait pas mariner plus longtemps : elle retient ma candidature, en plus il ne restait que 2 places ! J’ai bien fait…

Dans un peu moins d’un mois je retournerais sur les bancs de l’école pour cette fois-ci faire quelque chose qui me passionne et me fait bouillonner d’envie !

Je n’ai pas eu un parcours classique et encore moins un parcours évident mais je ne regrette pas du tout. Tout cela m’a permis de découvrir pleins de milieux différents et d’acquérir de la maturité et beaucoup de recul. Je sais que cela ne va pas être facile tout les jours et que ces deux ans représentent un véritable sacrifice (prêt étudiant bonjour) mais je sais pourquoi je le fais.

Au final, l’esthétique regroupe tout ce qui m’a intéressé ou interpellé dans la vie. C’est un milieu féminin, il faut avoir de la dextérité, aimer travailler avec ses mains, aimer le contact, être fine analyste pour pouvoir rebondir sur une situation, apaiser, conseiller, embellir, être créatif et patient. Et bien sûr, être passionnée !

La réaction de certains de mes proches et amies m’ont fait tellement plaisir aussi « c’était évident » , « depuis le temps que tu nous maquille » , « tu es douée de tes mains ». Merci

Ce que j’aimerai faire de mes études, c’est de travailler en institut dans un environnement que j’aime, et avec l’expérience, travailler pour une grande marque à l’international pour valoriser la marque et faire de la formation, et peut-être être enseigner ensuite ! Mais tout ça, je le saurais plus tard…!

D’ailleurs, si cela vous intéresse, je pourrais faire un article sur ce que j’apprends à l’école et mes conseils pour s’organiser en reprise d’études.

 

Ce que je retiens de mon parcours, c’est qu’il est atypique, mais qu’il est riche de diverses expériences. J’ai déjà fait des études, j’ai déjà travaillé, je pense pouvoir me sortir de toutes sortes de situations, j’ai déjà voyagé seule (pas trop longtemps mais quand même), je me connais mieux et je sais désormais ce dont j’ai envie et ce qui est fait pour moi ou non. Et ce genre de choses, c’est pas les études qui te l’apprend, c’est ton parcours de vie.

Donc à ceux qui sont paumés, qui sont au lycée, qui sont plus âgés, ne désespérez pas. Les échecs font parti de la vie et ils sont indispensables, car sans eux on avance pas : on ne peut pas se remettre en question et remettre en perspectives notre vision des choses.

Si je peux vous donner aussi un conseil, c’est de vous écouter. Il n’y a que vous qui savez qui vous êtes, ce que vous valez, ce que vous voulez.

On ne choisis pas un métier mais on choisi un parcours, une conviction, une vision. Je sais que l’esthétique va être mon domaine, mais je ne vais peut-être pas faire ça toute ma vie, peut-être que je vais changer, ou transformer ce que j’ai appris pour faire autre chose dans ce milieu, ou alors quelque chose en lien. Il faut aussi accepter qu’on ne peux pas tout savoir et tout maitriser, contrôler. Ce qu’il faut savoir dans un premier temps c’est savoir qui on est et ce qu’on a envie de faire. C’est déjà un bon programme et ça prend du temps ! Après, si on se donne les moyens, ça coule de source.

Hier soir une très bonne amie m’a rappelé quelque chose d’important qui pour moi est aussi en lien avec l’orientation : tant qu’on est bien entouré et qu’on a au moins quelqu’un pour nous soutenir, c’est le plus important. Je voudrais finir mon article sur ces mots, parce que c’est le plus important finalement. Tant qu’on est soutenu, qu’on est pas seul, tout ira bien 🙂

 

Autres conseils :

  • Réfléchissez à ce que vous faites naturellement / ce que vous aimez faire naturellement
  • Réfléchissez à qui vous êtes et qui vous aimeriez devenir en tant que personne
  • Isolez-vous quelques temps (jours) pour réfléchir seul
  • Partez sur des bases de faits : qu’avez-vous aimé faire à ce moment-là ? (activité, travail…)
  • Poser vous la question : qu’est-ce qui ne me dérangerai pas de faire pendant 8 heures d’affilé ?
  • Demandez l’avis de votre entourage sur vous ou votre projet (c’est toujours bien d’avoir des avis différents autour de nous)
  • Faites la liste des choses que vous avez fait dans votre vie et demandez-vous pourquoi vous les avez faites
  • Écoutez-vous d’abord, ensuite les autres

 

*

 

Et vous, quel est votre parcours ? Qu’est-ce que vous étudiez ? Vous serez vous aussi en reprise d’études ou en suite d’études en septembre ? Qu’est-ce qui vous fait vibrer ?

 

J’espère que mon article vous aura plu, autant que moi de l’avoir écrit (même si ça m’a pris 3h! haha) et n’hésitez pas à me faire part de votre expérience à vous, ça me ferait plaisir d’en discuter

Énormes bisous

Revue des produits Yves Rocher du moment

DSC_0515

Coucou Sweet Ladies !

J’avais super envie de vous parler de mes dernières trouvailles chez Yves Rocher. J’ai fait récemment un stage chez eux pendant quelques semaines, et j’ai pu en savoir plus sur la marque et sur les produits que proposent la marque. J’ai toujours eu une image un peu ringarde et pas très reluisante d’Yves Rocher. Je trouvais les packaging moyen attrayants, et les prix trop peu élevés pour être de bonne qualité. J’avais tout faux !

Yves Rocher est une marque de cosmétique végétale française (tout est fabriqué en France, ce qui est vraiment un bon point!), ils ont leurs propres champs, sont récoltants, fabricants et distributeurs, ce qui explique que leur produits soient peu onéreux, en plus du fait que le crédo d’Yves Rocher a toujours été « la beauté accessible à toutes les femmes ».

Vous avez pu voir dans certains de mes articles précédents que j’ai toujours eu des problèmes de peau compliqués (elle est fragile, anormalement réactive et toujours sujettes aux imperfections). Alors pour moi c’était toujours direction pharmacie si je voulais des crèmes de jours, de nuit, hydratantes et compagnie.

Finalement je me suis laissée convaincre par plusieurs de leurs produits pour la peau, notamment une crème de jour et un gommage. Aujourd’hui, j’en suis folle, je les utilise tous les jours et je ne me vois plus sans ! Et en plus, je n’ai fait aucune réaction allergique (ce qui aurait pu). J’ai aussi craqué pour un vernis à ongle nude dont je vous parle à la fin de l’article. Bonne lecture 🙂

 

La crème de jour

DSC_0512
DSC_0513

C’est une crème de jour hydratante et apaisante. Voici ce qu’on peut lire sur le site : « Cette crème hydrate efficacement et apaise immédiatement les réactions excessives de la peau. Enrichie en extrait apaisant 100% végétal issu du Sigesbeckia Orientalis. Sa feuille, traditionnellement utilisée en cataplasme, agit comme une barrière face aux agressions extérieures et procure un soulagement immédiat à la peau.
Son + : Sa texture légère fusionne avec la peau et l’enveloppe d’un voile de douceur »

Honnêtement, je n’ai rien à ajouter. J’ai toujours été déçue des crèmes de jour hydratantes que j’ai pu utiliser de certaines marques comme Uriage ou Avène, me laissant continuellement un film GRAS insupportable sur la peau ! Là, c’est pas du tout le cas. Je me souviens encore de ma première application, ma peau qui avait toujours tendance à rougir lorsque j’appliquais une crème, et bien là c’était tout le contraire ! Elle était immédiatement APAISÉE et comme reposée. Absorbée en deux secondes, la crème ne laisse pas de fini gras, et au toucher ma peau est comme une peau de pêche avec un aspect « rebondi ». Je la mets matin ET soir (oui, pour rappel j’ai une peau complètement desséchée dû à une mauvaise routine depuis trop longtemps). Je vois la différence au fil des jours, j’ai la peau beaucoup moins sèche et j’ai même l’impression que la crème a eu un effet rééquilibrant au niveau du sébum et des endroits de sécheresse.

Sur le site on peut la voir à 15€90, mais en magasin il y a une réduction en ce moment qui la passe je crois à 10€, si mes souvenirs sont exacts.

 

 

Le gommage pour le visage

DSC_0508

Ce gommage convient aux peaux normales à mixtes. Voici ce qu’on peut lire sur le site à son sujet :
« Vous désirez redonner de l’éclat à votre peau ? Le Gommage Eclat Fraîcheur Hydra Végétal est pour vous. La Sève d’Érable a été sélectionnée pour son pouvoir régénérant sur les cellules hydrocaptrices de la peau. Exfoliée en douceur‚ la peau est libérée de ses impuretés et cellules mortes. Plus lisse‚ plus nette‚ elle resplendit et retrouve son éclat naturel. »

Je suis très satisfaite de ce gommage. Moi qui n’en faisait jamais car j’avais l’impression d’irriter ma peau, je tiens à souligner qu’il est réellement important de faire un gommage visage au moins une fois par semaine. Comment se régénèrent vos cellules autrement ? Ce gommage reste doux car les billes à l’intérieur sont très fines, ce qui me convient donc parfaitement.

Le prix sur le site est de 9€90 mais en magasin je l’ai eu à 4€90 !

 

Le vernis à ongle

DSC_0509
DSC_0510DSC_0511

Vernis à ongle à 2€95. Autrement dit, c’est pas DU TOUT cher. La couleur (01 magnolia) m’as beaucoup séduite. C’est un très joli nude, et je n’en avais pas vraiment à la maison. Sur la deuxième photo vous pouvez voir le rendu sur mes ongles et je tiens à préciser que ça fait une semaine et demie que je le porte ! Donc au placard les vernis CHANEL ridiculement chers et moins bien efficaces. Vous l’aurez compris, je suis méga conquise !

 

J’espère que mon article vous aura plu, en attendant je vous dit à dimanche prochain pour un prochain article 😉 (ou peut-être avant si j’ai le temps!)

Big Bises ❤

La veste jaune poussin ☀

DSC_0302DSC_0296DSC_0318DSC_0315DSC_0319DSC_0486DSC_0322DSC_0488DSC_0506DSC_0500DSC_0507DSC_0497DSC_0508DSC_0516

L’autre jour, une copine m’a demandé de la prendre en photo dans un champ. J’en ai profité pour choisir une tenue ensoleillée, et nous avons shooté quelques photos de moi par la même occasion. Je ne mets pas souvent cette veste, pourtant à chaque fois que je la porte on me complimente et maintenant que je la vois en photo, je trouve qu’elle fait très chic ! J’ai essayé de l’associer avec des bijoux dorés -certaines d’entre vous savent que je préfère mille fois l’argent- mais j’ai choisi l’or parce que c’est ce qui met vraiment en valeur la veste ! Sans oublier mon jean boyfriend chouchou !
(je ne le quitte plus).
Pour les chaussures, je ne savais pas lesquelles allaient le mieux…
Donc j’ai pris les deux 😀 Et vous, quel look préférez-vous les filles ?
Par contre gros coup de gueule pour mon top qui se froisse super rapidement… moi qui l’avait trouvé si joli… Je l’ai repassé maintes fois mais rien n’y fait…
Vous avez une astuce ?

Voici comme d’habitude le descriptif de ma tenue :

 

Veste – Zara
Top – Promod
Collier – COS
Bague – Promod
Montre : CASIO
Jean boyfriend – Camaïeu
Sandales – Pull and Bear
Baskets – Karl Marc John
Sac : Topshop

 

 

Que pensez-vous de ce look ? Quelle version est-elle la meilleure selon vous ? Dites moi tout !! En attendant, je vous fait de gros bisous et vous dit à bientôt pour un prochain article…

☆ Idée de recettes faciles pour un dîner d’été réussi ☆

Coucou tout le monde !
Serais-ce mon 1er article « FOOD » ? Ça m’en a tout l’air. Il fallait bien que je vous partage ma passion pour la cuisine (la faire, mais surtout la manger!)
Dans cet article je vous révèle les 3 recettes que j’ai testées la semaine dernière et qu’on a vraiment apprécié mon chéri et moi. Let’s go !!

1 – Tartines sucré-salé

DSC_0005DSC_0006

Rien de plus simple ! Pour réaliser les tartines, il vous faudra vous munir de :
– 1 fromage basque type Etorki
– 1 pain tranché aux graines de préférence (c’est meilleur)
– Quelques tranches de dinde
– Un peu de confiture de figue

Pour ce faire :
Beurrez légèrement vos tartines. Couper l’Etorki en fines lamelles. Posez d’abord les tranches de dinde sur la tartine, puis le fromage, puis badigeonnez vos tartine de confiture de figue. Dégustez !

C’était vraiment bon MAIS j’ai des recommandations.
Après réflexion : la dinde n’est pas obligatoire, elle n’apporte pas grand chose à la tartine. Vous pouvez remplacer le fromage basque par du brie qui se marie encore mieux avec la confiture de figue.

 

2 – Djadjekh (soupe froide de concombre)

DSC_0004

Le djadjekh est une recette arménienne que j’aime beaucoup faire l’été car c’est super rafraîchissant. Vous aurez besoin de :
– 1 concombre
– 2 ou 3 yahourts grecs
– 1 gousse d’ail
– de la menthe
– du citron
– sel, poivre

Pour ce faire :
Lavez le concombre, épluchez-le et coupez-le en dés. Dans un saladier, mélangez les dés de concombres avec les yahourt. Découpez votre gousse d’ail très finement et ajoutez-là à votre préparation. Rajouter les feuilles de menthe, un peu de citron, sel, poivre, mélangez-bien et réservez au frais pendant au moins 1h.

 

3 – Tiramisu aux fruits rouges (ici, framboises et mûres)

DSC_0008DSC_0010DSC_0011

Une recette que j’ai beaucoup aimé faire (normal, j’adore les desserts ♥) mais qui m’a pris plus de temps aussi. Vous avez besoin de :
– 200 g de mascarpone (moi je n’en avais que 150…)
– 2 oeufs
– 50 g de sucre
– 12 boudoirs environs
– 400 g de fruits rouges (surgelés ou pas)
– Sirop de grenadine

Pour ce faire :

Faites décongeler vos fruits rouges si besoin au dessus d’un saladier (lavez-les s’ils sont frais). Séparez les blancs et les jaunes des oeufs. Fouettez les jaunes avec le sucre jusqu’à ce que votre préparation ait blanchi. Ajoutez le mascarpone. Montez les blancs en neige et les ajouter délicatement à la préparation au mascarpone. Mélangez le jus des fruits récupéré avec la grenadine. Trempez les boudoirs dans ce jus et tapissez le fond de vos verrines. Ajoutez ensuite une couche de préparation au mascarpone, puis fruits rouge et répétez l’opération en finissant par les fruits rouges. Réservez au frigo au moins 2 heures.

Je n’avais pas beaucoup de mascarpone et avais très peu de fruits rouge, j’ai aussi eu du mal à monter les blancs en neige car je l’ai fait au fouet (j’ai eu mal au bras haha…) je n’ai pas de robot ou d’ustensile qui fait cela pour l’instant. A part ça, c’était divin 😉

.

J’espère que mes 3 recettes vous ont plu, n’hésitez pas à me faire partager vos recettes vous aussi en commentaire ou tout simplement me dire si cela vous a donné faim 😉 !
Bisous sucrés-salés ! ♡ ♥ ♡